Norme PTT Vigik : la technologie au service des postiers !

Norme PTT Vigik : la technologie au service des postiers !

Chaque jours, des milliers de lettres et de colis sont acheminés vers leurs destinataires. Pour pouvoir travailler en toute simplicité et sans dépendre d’organismes tiers, les agents postaux utilisent des Pass PTT, de leurs faux-noms « passe-partout ». L’évolution technologie ayant prit le pas sur le reste, ces derniers doivent s’adapter et se tourner vers une norme plus sécurisée et plus fiable : la norme Vigik ! 

Préambule

Ce n’est un secret pour personne : afin de recevoir du courrier, il faut que les agents du service des postes puissent pénétrer au sein de résidences privées. Que cela soit des halls d’immeubles, des parkings ou encore de certains locaux d’entreprises : le passage doit être rapide et efficace. C’est ainsi que ces salariés utilisent des clés « passe-partout ».

Ces dernières permettent d’ouvrir les boîtes aux lettres afin d’y déposer le contenu, mais elles permettent également d’accéder à certaines parties communes. Les cylindres des verrous sont donc pensés pour réagir à deux types de clés : celle du propriétaire et celle du facteur. Ces passes existent en 21 versions, il faut donc choisir avec soin le modèle qui correspond à sa région ou son secteur. En France, nous pouvons distinguer deux modèles qui reviennent plus que la moyenne : les T10 et F10.

Pourtant, même si l’un des plus grands organismes postal de France est tributaire de ce secteur, il n’en est pas le détenteur absolu. En effet, plusieurs services du secteur privé permettent l’achat (pour les particuliers ou les professionnels) de ce type de clés, comme par exemple le fournisseur Lockpass.

Seulement voilà : il y a certains désavantages à utiliser des clés physiques lorsque l’on est professionnel. Premièrement, il faut gérer en permanence les bons modèles, notamment si l’on change de région régulièrement. Pas toujours évident, en somme. Deuxièmement, les halls d’immeubles équipées de cylindre PTT ce sont vu avec le temps accessibles à beaucoup de gens ne faisant pas parti de l’immeuble, et ne faisant pas parti d’un quelconque service postal ou de maintenance. Des personnes n’ayant rien à y faire….

C’est là qu’entre en scène une évolution naturelle de ces Pass PTT : la norme Vigik ! Se présentant sous la forme d’un badge et étant signée numériquement, ce dispositif qui envahit de plus en plus les digicodes du pays, autorisent plus de souplesse, tout en étant plus sécurisé. Il est à noter que La Poste est en partie porteuse du projet, puisque c’est elle qui a initié ce développement.

Plus sûr et plus ergonomique que le pass PTT!

Passer d’un système de clés traditionnelles à un badge numérisé : c’est là tout l’enjeu de cette nouvelle norme. En effet, lors de l’installation d’une centrale dans les résidences, il est possible de déterminer à l’avance quelles entités pourront en bénéficier.

Si, de base, certains services publics sont indiqués comme ayants droits quasi-absolus. c’est le cas de La Poste, d’Orange (anciennement France Telecom) ou encore des services d’urgences. Cependant, il est possible de donner un accès par badge à d’autres structures : les services d’entretiens ou de gardiennages, par exemple. Dès lors, la mécanique n’est pas tout à fait la même.

Le professionnel en question doit au préalable se munir d’un appareil de charge. Ce dernier permet d’activer le badge sur une durée déterminée (généralement moins de 72 heures). Passé ce délai, le badge se désactive automatiquement, et il devient impossible de le réutiliser. Cela réduit grandement les inquiétudes concernant la perte ou le vol.

D’autres parts, un syndicat de propriétaires peut autoriser, ou non, l’accès au bâtiment en dehors d’une plage horaire spécifique. Ainsi, un agent d’entretien prévu pour intervenir entre 21 heures et 22 heures n’aura pas d’accès autorisé en journée. De cette façon, il devient plus simple de limiter les déplacements et de contrôler les allers et venues d’inconnus.

N’oublions un des points les plus cruciaux : les badges des résidents, eux, ne sont pas limités dans le temps ou dans une temporalité précise. Ces derniers s’utilisent à loisir et à volonté par les locataires, d’où l’importance de ne jamais perdre ce précieux sésame.

De plus, et afin de sécuriser encore plus ce système déjà bien au point, il faut savoir que la désactivation à distance est une des fonctionnalités incluse dans les centrales. Si vous perdez votre badge, il suffit de passer un simple coup de fil à l’organisme concerné (syndicat, gérant de centrale ou autre) et ce dernier pourra alors mettre votre passe hors-service.

Quels changements pour les agents PTT ?

Pour le facteur, le changement vient surtout des conditions de travail qui s’en voient facilités. Avec ce passage au système numérique « sans contact », ce dernier n’emporte avec lui qu’un seul et unique badge qui lui permettra de pénétrer dans  autant de résidences que nécessaires.

Pour autant, cette norme très récente n’équipe pas encore les boîtes aux lettres. Tant qu’il faudra des clés pour les ouvrir, les facteurs ne pourront se passer des fameux passes physiques. Cela étant, c’est une belle évolution qui est à l’oeuvre, et qui permet de rendre moins pénibles les distributions de courriers.

Plus encore, cette facilité d’intervention peut se rattacher à l’ensemble du corps professionnel. Le tout renvoi à une configuration plus efficace des accès au sein de lieux restreints. Et comme si cela ne suffisait pas, il faut savoir que les installateurs de centrales doivent impérativement être agrées par l’association Vigik. Selon un barème et certaines conditions précises, cette structure autorise un prestataire à devenir affilié.

Cela permet d’avoir le recul nécessaire et de répertorier de façon claire et précise les différentes installations étalées sur toute la France. Le but, à terme, est d’harmoniser, de sécuriser et de faciliter les déplacements professionnels. Engager ce type de responsabilité permet également d’être plus efficace une fois sur place. Un plombier, électricien, jardinier ou un agent public pourront être directement opérationnel une fois les autorisations obtenues au préalable. De cette façon, les démarches administratives s’en voient tout aussi raccourcies, toujours dans le but de permettre aux locataires de bénéficier de services précis et rapides.

En somme, les équipements actuels ne rendent pas faisable un passage total à cette norme. C’est une période de transition qui poursuivra son évolution, lente mais sûre, jusqu’à arriver au jour où, peut-être, les immeubles et autres maisons seront entièrement connectés. Qui vivra verra ! Mais en attendant, Système vigik et pass PTT seront de paire pour tous ces services.

Sources :
lockpass
vigik
laposte