Lettres vs. Colis : le pli est-il voué à disparaître ?

Lettres vs. Colis : le pli est-il voué à disparaître ?

Ce n’est une surprise pour personne, la grande montée en puissance de l’E-Commerce a vu le nombre de colis exploser depuis ces dix dernières années. C’est un fait, les consommateurs sont de plus en plus nombreux à acheter en ligne, et au vu du plus grand organisme PTT de France (La Poste), cette nouvelle logistique prend le pas sur tout le reste. Pour autant, est-ce là la fin de la lettre classique, petit courrier perdu au seins des entrepôts de colis ? 

L’envolée du Colis en France et dans le Monde !

Lettres vs. Colis : le pli est-il voué à disparaître ?

Si l’indémodable « pli » est toujours un des premiers canaux de communication en France, le colis, lui, s’est largement démocratisé, localement tout comme à l’international. Pour cause, une levée fulgurante des acheteurs qui se son vu bouder les enseignes près de chez eux pour commander directement en ligne, sans quitter le domicile.

Chaque achat ne pouvant être intégrer dans un simple pli, il en résulte automatiquement une hausse plus que significative du nombre de colis transitant tous les jours par les différentes entreprises qui se sont spécialisés dans le domaine. La Poste, entre autres, mais aussi (et surtout) beaucoup d’autres compagnies du secteur privé.

Récemment, Chronopost (pour ne citer qu’eux) a désiré atteindre l’objectif en 2018 de livrer plus d’un million et demi de colis par jour. Ce nombre incroyablement élevé ne répond qu’à une simple observation des consommateurs : s’il les acheteurs augmentent, la demande aussi.

Sans oublier que le colis est le moyen de diffusion le plus privilégié à l’international, ce qui est moins le cas de la lettre, souvent restreinte au cadre national. De plus, les différents sites marchands devant faire face à cette invasion de colis n’hésitent pas à délocaliser ou à sous-traiter cette procédure à des entreprises promettant rapidité exemplaire et bas-tarifs.

Derrière tout cette logistique impressionnante, se trouve souvent de petits ateliers, parfois clandestins, ne possédant ni syndicats, ni loi pouvant les protéger contre une folie capitaliste. Dès lors, il devient plutôt aisé de viser les un million et demi de colis par jour.

En France, La Poste est un des principaux acteurs de la livraison de courrier, et donc de colis. Si le chiffre de leur transit ne s’envole pas vers des sommets astronomiques, c’est avant-tout car, en tant que service public, ils portent avec eux les valeurs de l’État, et non d’une entreprise.

Cependant, certaines réformes récentes, comme celle du travail promulguée par la Loi Macron, tendent plutôt à favoriser les entreprises privées plutôt que le secteur public. Les grands géants comme Amazon, Cdiscount ou encore Price Minister n’ont donc pas fini de remplir nos boîtes aux lettres de colis. La faculté d’adaptation de ces entreprises est fulgurante, quand bien même utilisent-ils des moyens douteux pour y parvenir.

La Lettre, toujours la préférée en France !

Lettres vs. Colis : le pli est-il voué à disparaître ?

Cette bonne vieille lettre reste toujours un des moyens de communication préféré des Français. En effet, ce ne sont pas moins de 120 millions de lettres qui sont traités chaque jours pour ensuite être réparties sur leurs territoires de destination.

Bien qu’encore très utilisées en France, ces dernières ont perdus beaucoup de leurs sens premier. En effet, si dans les anciens temps des centres PTT (Postes, Télégraphes, Téléphones), la lettre était avant-tout utilisée pour prendre des nouvelles de proches ou de demander une faveur à l’administration, force est d’admettre qu’ajourd’hui, celle-ci n’est plus favorisée dans ce sens.

Effectivement, tout comme le colis, la lettre a subie une explosion très impressionnante. Seulement, il est plus fréquent de nos jours que cela soit l’administration qui nous contacte (ou tout autre organismes, souvent privé) afin de rendre des comptes.

De plus en plus, les lettres sont donc utilisées pour avertir, conseiller ou encore relancer le destinataire. C’est pour cette raison, entre autres, que la « lettre recommandée » a perdu son sens officiel pour arborer les couleurs d’une mauvaise nouvelle.

Le bon vieux « pli » a donc devant un avenir radieux. Même menacé par la montée des colis, il reste encore loin devant, malheureusement pas pour les mêmes raisons qu’autrefois.